C’était le week-end du 19 au 22 octobre dernier et il me tardait de prendre le temps d’écrire cet article. Fraîchement arrivée dans cette nouvelle région, me voilà invitée par l’office de tourisme de Megève au premier festival de la cuisine de montagne, c’est ce qu’on appelle être super bien reçue !
Au programme ? La découverte du festival Toquicimes (présidé par Emmanuel Renaut *** Chef des Flocons de Sel à Megève et parrainé par Marc Veyrat, Chef ** de La Maison des Bois à Manigod), des ateliers de photographie culinaire par Sandrine du blog Fraise & Basilic et beaucoup, beaucoup de dégustations. Le tout en très bonne compagnie en plus.

Ce festival était aussi l’occasion pour moi d’apprendre qu’un Conservatoire des recettes de montagne allait être créé, un projet porté par la Fondation FACIM. Une initiative qui me parle beaucoup puisqu’il est question d’enjeux écologiques, de santé, mais aussi d’un travail de mémoire. Répertorier les recettes de familles, mettre en avant les produits de la montagne, mais aussi des lacs de la région, remettre le produit de qualité au centre des préoccupations : autant de points qui me touchent et me portent au quotidien. Bien sûr, les besoins, les envies et les recettes évoluent, mais pour les faire évoluer dans le bon sens, encore faut-il bien les connaître et en prendre soin. La cuisine de montagne, ce n’est pas seulement la tartiflette et autres plats à base de fromage fondus (qui sont des inventions des années 50 d’ailleurs). J’aurais l’occasion dans un autre article de vous parler de ce sujet qui me tient vraiment à coeur 🙂

En parlant de recettes de famille, j’ai aussi découvert durant Toquicimes un plat familial « oublié » typique des montagnes : le farcement. À base de pommes de terres râpées, de lard, de pruneaux et autres alcools et eaux-de-vie, il existe autant de recettes que de personne aux fourneaux. Autre spécialité : la fondue évidemment ! Si tu veux manger la meilleure fondue, c’est au Hibou Blanc qu’il faudra aller ! Le Chef Jérémie Lobies a remporté ce titre en alliant beaufort, vacherin fribourgeois, comté 18 mois d’affinage et une Roussette de Savoie. Fromage + vin blanc de Savoie : parfait.

Direction ensuite le Comptoir du Père Sotieu pour une première masterclass stylisme et photographie autour de la pâtisserie.

toquicimes-megève-voyage-presse-comptoir-père-sotieu-bonne-adresse-patisserie-woodmoodfood-marina-rodrigues-1

Faire de jolies photos ne s’improvise pas, même avec le meilleur appareil photo. Voilà presque cinq ans que j’utilise le même et j’apprends tous les jours à l’utiliser, à essayer de trouver des réglages qui pourraient retranscrire parfaitement le moment que je tente de capter. Cette masterclass tombait à point nommé. Non seulement parce qu’il est toujours bon de se laisser guider par quelqu’un qui a réussi à en faire son métier, mais également parce que Sandrine est d’une vraie gentillesse ! Chercher l’inspiration, tâtonner et se dire que ça peut arriver, trouver le style de photos qui s’approche de notre personnalité, utiliser la lumière, les objets et autres idées autour de la scénographie, mais aussi déguster ce que l’on avait devant nos objectifs étaient au programme. Si vous passez par Megève, vous pouvez vous y rendre les yeux fermés et surtout : goûtez au cake aux marrons, je crois qu’on y repense toutes encore !

masterclass-stylisme-photographie-culinaire-fraise-basilic-toquicimes-megève-voyage-presse-comptoir-père-sotieu-bonne-adresse-patisserie-woodmoodfood-marina-rodrigues-2

Après cette première journée bien chargée, nous avons toutes posé nos affaires à l’hôtel Mont Blanc. L’un des premiers hôtels de Megève ! Jean Cocteau, Françoise Sagan ou encore Jean Marais y avaient leurs habitudes et on peut comprendre ! La maison (oui, on s’y sent comme chez soi) est chaleureuse, authentique et calme malgré sa situation en plein coeur du village.

toquicimes-megève-voyage-presse-hôtel-mont-blanc-expériences-sibuet-woodmoodfood-marina-rodrigues-2

Dimanche, nous avons filé aux Fermes de Marie pour une autre masterclass autour du petit-déjeuner dans un cadre rustique et authentique. Coup de coeur absolu pour ce chalet ! Vous connaissez mon amour pour le bois, les lieux et les objets qui ont une histoire à raconter. Et si en plus on y mange bien, c’est difficile de me déloger. Cette adresse c’était ça ! Les Fermes de Marie ont été construites à l’aide d’éléments de fermes d’alpages ayant été déconstruites puis réassemblées pour leur donner naissance. Un travail colossal qui s’est étendu sur plusieurs années pour un résultat incroyable. Un détail ne m’a pas non plus échappé : l’hôtel est totalement kids-friendly. Un hameau leur est spécialement réservé avec des activités dont je rêverais pour Alice durant un séjour : initiation au jardinage, spectacle de magie, cours de pâtisserie et un menu spécialement pensé pour eux au restaurant. Et autre détail qui a son importance : tout le nécessaire est fourni (lit, chauffe-biberon, baignoire) histoire de ne pas arriver le coffre blindé alors qu’il n’est question que d’un week-end en fait (oui, ça sent le vécu pour tous les parents).

toquicimes-megève-voyage-presse-les-fermes-de-marie-expérience-sibuet-woodmoodfood-marina-rodrigues-3

Pour le petit-déjeuner, filez dans la cuisine des Fermes de Marie : vous y trouverez évidemment des produits locaux, majoritairement bio et plein d’autres gourmandises réalisées à la demande, devant vous, il suffit de demander 🙂

toquicimes-megève-voyage-presse-les-fermes-de-marie-expérience-sibuet-woodmoodfood-marina-rodrigues-2

Merci encore à l’Office de tourisme de Megève et à la Région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi qu’à la Famille Sibuet de nous avoir si bien reçus.

C’était aussi l’occasion pour moi de faire connaissance avec Léa, Céline, Emilie, Joanna, Sakura et Guillaume. N’hésitez pas à aller lire leur article !